Vivre de ses rêves, avoir de l'ambition

Publié le par Olivia du BOUËXIC

30 novembre 2004,

Décider d’écrire n’est chose à laquelle tout le monde aspire. C’est l’expression d’un besoin intérieur l’expression de s’exprimer de sortir tout ceque l’on n’a jamais pu n’a jamais oser dire aux autres par crainte de réactions excessives en chaîne…


Article 1 – Le HavAre Presse

Article 2 – Le Havre Presse

 

30 Janvier 2005,

Vivre de sa passion ! Pourquoi y a-t-il de gens malheureux sur Terre, au Travail ? Pourquoi si peu parviennent à vivre exerçant leur passion ? C’est après avoir vu le dernier film de Martin Scorsese, « Aviator », relatant de la vie du célèbre Howard Hughes et de sa passion pour l’aviation. Lui qui a su dépouiller toute sa fortune, sa vie pour faire de sa vie une passion, un empire, un réel business dé l’aviation au service des intérêts des américains ! Imposer ses idées. Besoins de s’imposer face à des investisseurs sceptiques et « proches de leurs sous ». Aller jusqu’au bout de ses rêves telle est l’ambition dont beaucoup manquent, dont beaucoup jalousent, dont beaucoup convoitent. Quelque chose d’admirable ! Mais c’est surtout et avant tout « savoir être soi-même ». C’est se laisser emporter par ses plaisirs, ses désirs et ses pulsions plutôt que de les masquer ; de tenter de les voiler derrière un masque que nous nous inventons. Vivant alors dans la honte et la peur d’autrui… vivant dans la tristesse et la désillusion de n’être pas allé jusqu’au bout de nos rêves.

Le Rêve. A ce titre, parlons-en un peu. Ce terme mérite bien que l’on s’y attache un peu. En effet, l’on critique et l’on raisonne beaucoup les enfants sur leur instinct trop rêveur. Or, ne sommes nous pas tous des enfants. N’avons nous pas tous des rêves. La vérité sort de la bouche des enfants, dit-on ? Mais alors, pourquoi cherche-t-on sans arrêt à les guider, à orienter leurs pensées, à les remettre dans UN droit de chemin ? Pour l’avenir ? L’argent ? Le Bonheur ? Mais de quel Bonheur, nous, adultes, parlons-nous ? Regardez donc autour de vous. Combien de personnes ont-elles réussi à faire ce à quoi elles rêvaient quand elles étaient enfants ? Probablement qu’elles se compteront sur les doigts de vos mains.


Guider l’enfant ? Pourquoi ? Pour l’éducation ? Certes, oui, une bonne part tient, et heureusement, d’une bonne intention de la part des parents. Mais, de bonnes intentions en bonnes intentions, ils se laissent rapidement emporter par leurs désirs de gosses inassouvis. Et c’est ainsi que de génération en génération, l’éducation de façon générale prend la forme d’une transmission de déception. Est-ce cela vivre ? Est-ce cela l’éducation ? La vie n’est-elle pas faite pour le Bonheur ?


Oui, il y a des règles de société et de collectivité. Toutefois, l’enfant à le droit d’expression ; le droit d’exprimer ses passions, émotions. Aussi, la meilleure éducation ne serait-elle pas celle qui consisterait à être davantage à leur écoute ; en étant à l’écoute de leurs attentes plutôt que de sans cesse les freiner dans leur élan d’apprentissage, reportant alors toujours à plus tard leurs questionnements du moment leur disant « tu verras quand tu seras plus grand ; tu es encore trop petit ; ce n’est pas de ton âge ; à ton âge on apprend ça ça ça et ça » comme si tous les enfants se développaient de la même manière et étaient conditionnés pour poser certaines questions à un certain âge… Non ! L’éducation n’est pas ainsi ! Eduquer un enfant c’est le guider dans le chemin qui est le sien, qu’il a choisi au regard du respect des règles imposées par la société.


Avoir de l’ambition ; Vivre avec ses objectifs ; développer sa personnalité… allez au-delà de tout préjugé… savoir surmonter les épreuves, les obstacles que la société nous impose constamment ; bref, ne pas se laisser embrayer dans le giron...


Publié dans Ouverture

Commenter cet article

Schrimp 27/12/2009 18:38


poète ?
qu'est ce que tu cogites !
non, je blague, très belles réflexions